Langue : Français
Caractérisation de la bande riveraine du lac des Sommets

Lac Des Sommets, août 2015 – Après avoir procédé à la caractérisation de la bande riveraine du lac Charlebois en juin 2013, l’association a finalement effectuée la caractérisation de la bande riveraine du lac des Sommets. Nous reprenons donc ici les explications de l’article précédent en y incluant les résultats compilés pour le lac Des Sommets.

Comme beaucoup d’entre vous le savent déjà, la zone riveraine joue un rôle important à plusieurs égards pour la santé d’un lac. Il s’agit d’une zone souvent riche en biodiversité (plantes, animaux, micro-organismes) qui, dans certain cas, peut également filtrer certains polluants comme les sédiments et le phosphore. Enfin, les arbres riverains qui surplombent le lac forment un écran solaire qui favorise le maintien d’une eau plus froide.

Pour nous aider à bien visualiser l’état de nos bandes riveraines, le RSVL a développé un outil permettant de faire l’inventaire de nos bandes riveraines d’un façon qui nous permet de quantifier et qualifier l’état de celles-ci.  De plus,  l’exercice est supporté par des photographies de l’ensemble du pourtour des lacs et nous permet de prendre une « image » de l’état de la bande riveraine qu’il nous sera possible de comparer avec d’autres relevés au fil des ans.  De plus, l’ajout récent d’images satellite de haute résolution pour notre région sur Google Map permettra aussi une meilleure visibilité de l’évolution de l’exploitation de la bande riveraine au fil du temps.  À cet égard, nous allons conserver des copies de ces images années après années.  Un lien suivra.

L’inventaire d’une bande riveraine se fait en plusieurs étapes:

  1. On divise le lac en zones.  Chacune des zones représente une portion contigüe de la rive qui partage des caractéristiques similaires.  On parle des « Catégories d’utilisation du sol« :  habité, développement forestier, zone naturelle (non-habitée),  infrastructure (pont), ou zone agricole;
  2. Lorsque la zone est habitée, on estime les types d’aménagement dans la bande riveraine:  le pourcentage en végétation naturelle, ceux en végétation ornementale ou en matériaux inertes;
  3. On estime aussi quelle portion de la rive est « dégradée ».  Soit par des murets et remblais, soit par des sols dénudés ou de l’érosion du sol.

Le samedi 1er juin, nous avons donc été quatre bénévoles à réaliser cet inventaire au lac Charlebois.

Les zones définies

Deux zones ont été définies pour le lac Des Sommets:  une zone de catégorisation « Habitée », qui s’étend du 37 au 69 rue lac des Sommets et une zone « Naturelle » pour la balance du lac.

La distribution des catégories d’utilisation du sol

Le graphe suivant illustre la distribution de l’utilisation du sol autour du lac Des Sommets:

LDS_caract_bande_riv_fig1

On voit que 32% du pourtour du Lac Des Sommets est une zone habitée.  68% de la bande riveraine est une zone naturelle.

 

Distribution des types d’aménagement de la bande riveraine

On peut voir dans le graphe de la figure 2a que la zone habitée est composée d’environ 2% de végétation ornementale (principalement de l’herbe et graminées), d’environ 2% de matériaux inertes et de 96% de végétation naturelle.  L’estimation des matériaux inertes est plus difficile à faire. Ceux-ci incluent, par exemple, les chemins, les murets, les accès aménagés au lac et les plages qui se trouvent dans les 15 mètres de la bande riveraine.

LDS_caract_bande_riv_fig2b LDS_caract_bande_riv_fig2a

En conclusion:

Somme toute, le lac Des Sommets est encore dans un état naturel exceptionnel.  Encore une fois, nous pouvons être très fiers d’avoir un lac avec une bande riveraine qui fait autant de place à la végétation naturelle.  Merci à tous pour vos efforts en ce sens!

Ecrire commentaire

    • CAPTCHA - SVP répondre à la question suivante: *