Langue : Français
Le colibri à gorge rubis, cette petite merveille de la nature

 

Le colibri à gorge rubis est la seule espèce d’oiseaux mouches au Québec. Il mesure entre 7,5 cm et 9 cm, de la pointe de son bec, qui est très long, jusqu’à l’extrémité de sa queue. Le mâle est plus petit que la femelle et se distingue de cette dernière par le splendide jabot de couleur rubis qu’il porte à sa gorge. La femelle, elle, comme les juvéniles, a une gorge d’un blanc grisâtre.

La vitesse moyenne du colibri en vol est de 45 km à l’heure, mais elle peut attendre 96 km/h lors de vols en piqué. Incapable de marcher au sol, c’est un véritable voltigeur et acrobate de l’air. Ces menues ailes s’agitent au rythme de 55 à 75 battements à la seconde pour un vol régulier et peuvent atteindre jusqu’à 200 battements à la seconde pour un vol nuptial ou en plongée, ce qui explique le bourdonnement semblable à un bruit de moteur qu’on entend lorsqu’il est dans les parages. C’est également le seul oiseau à pouvoir faire du sur place comme un hélicoptère en décrivant des 8 avec ses ailes et à voler de l’avant vers l’arrière.

Il se nourrit de nectar de 5 à 8 fois à l’heure, à raison de 30 à 60 secondes chaque fois, et doit aussi manger des insectes pour combler ses besoins en protéines. Il lui arrive aussi de boire la sève des arbres dans les trous faits par les pics.

Solitaire, territorial et querelleur, le colibri, autant le mâle que la femelle, défend son territoire avec vigueur et il n’hésitera pas à manifester son agressivité pour chasser les intrus.

Le colibri mâle est polygame et ne participe pas à la vie de famille. C’est la femelle qui construit seule, à l’abri de la pluie et du soleil, le nid de la grosseur d’une demi-noix de Grenoble auquel elle donnera l’aspect d’un nœud de branche et dans lequel elle pondra deux œufs de la grosseur d’un gros pois… À la naissance, ses oisillons ne seront pas plus gros que des abeilles.

Le colibri est aussi un grand et un infatigable voyageur. Comme nos « Snow Birds », il quitte le Québec à l’automne pour aller passer l’hiver au Mexique ou en Amérique centrale. Il mettra une vingtaine d’heures pour traverser sans halte le 800 km du Golfe du Mexique et arriver à bon port. Vraiment incroyable! La bonne nouvelle c’est qu’il a une mémoire d’éléphant et qu’au printemps, il revient toujours à l’exact endroit qu’il a quitté à la recherche du même abreuvoir. Les mâles sont les premiers à partir et les premiers à revenir, suivis un peu plus tard par les femelles et les juvéniles.

Cette petite merveille est vraiment un véritable ravissement les yeux et les oreilles…

Comment choisir votre abreuvoir et faire votre nectar

Pas besoin de se procurer un abreuvoir compliqué et coûteux, pourvu qu’il ait du rouge pour attirer les colibris. Le plus important c’est d’en choisir un qui est bien étanche pour éviter d’attirer les fourmis et dont les ouvertures des postes d’alimentation sont très petites ou munies d’un petit grillage pour empêcher les guêpes et les frelons de s’y introduire.

Provenance: http://www.projetcolibris.org

Provenance: projet colibris au Québec http://www.projetcolibris.org

Inutile d’acheter du nectar, faites-le vous-même! Une recette simple et bon marché consiste en 1 tasse de sucre granulé blanc (jamais de miel, de cassonade, d’édulcorant ou de colorant rouge, car ils sont très nocifs pour nos petits amis) additionné à 4 tasses d’eau. Amenez l’eau à ébullition, puis ajoutez le sucre, faites bouillir 1 minute (pour retarder la fermentation du mélange), remuez bien et laissez refroidir. Le mélange ainsi obtenu se conservera de 7 à 10 jours au frigo.

Placez votre abreuvoir à au moins 15 pieds de la maison idéalement à l’ombre, sinon dans un endroit partiellement ombragé et évitez de trop le remplir pour ne pas faire de gaspillage. En effet, plus il fera chaud, plus vous devrez renouveler souvent le nectar. Le contenu d’un abreuvoir placé directement au soleil fermentera plus rapidement et attirera davantage de guêpes.

Installez votre abreuvoir aussi tôt que la 3e semaine d’avril pour que les colibris qui la fréquentaient l’année précédente aient une source de nourriture dès leur arrivée, sinon cela pourrait être pour eux la mort assurée si les fleurs et les insectes n’avaient pas encore fait leur apparition… Si vous le pouvez bien sûr, laissez votre abreuvoir en place jusqu’à la mi-octobre pour les petits retardataires qui auraient besoin de carburant avant d’entamer leur long voyage…

À quelle fréquence laver votre abreuvoir et renouveler votre nectar

Eh bien, cela dépend de la température.

En deçà de 20 °C – Une fois par semaine

Entre 20 et 28 °C  –  Tous les 3 jours

Entre 29 et 30 °C  –  Tous les 2 jours

Au-dessus de 31 °C – Tous les jours

Soins à apporter à votre abreuvoir

Chaque fois que vous renouvelez le contenu de votre abreuvoir, vous devez bien le vider et rincer, à l’eau très chaude, le réservoir ainsi que la base avec les postes d’alimentation. Profitez-en pour vérifier qu’il n’y a ni dépôts ni moisissures noires dans le réservoir et les ouvertures. Un moins une fois par mois, lavez l’abreuvoir avec du savon doux et de l’eau très chaude, et utilisez un écouvillon (petite brosse) pour bien nettoyer les ouvertures, et surtout rincer abondamment pour enlever tout résidu de savon. Si le nectar se voile, c’est qu’il a fermenté et est rempli de bactéries; il faut alors le jeter ou retirer tout simplement l’abreuvoir pour éviter que des colibris n’en boivent et ne meurent.

Quelles fleurs planter dans votre jardin pour attirer les colibris

Ceux qui ne viennent au chalet que le week-end et pour les vacances, et qui ne peuvent pas « entretenir » un abreuvoir pourront préférer se faire un petit jardin de fleurs qui attireront les colibris et leur fourniront du nectar en abondance.

Les colibris semblent préférer les fleurs de couleurs rouge, orange et jaune, mais ils ne dédaignent pas les fleurs d’autres couleurs. Choisissez parmi les fleurs ci‑dessus des variétés de hauteurs et couleurs différentes dont la floraison s’échelonnera durant toute la saison.

Vivaces : campanules, ancolie, cœur-saignant hosta, monarde, phlox des jardins

Annuelles : capucine, fuchsia, géranium,

Grimpantes : clématite, gloire du matin, haricot d’Espagne, chèvrefeuille

Arbres et arbustes : aubépine, azalée, chèvrefeuille du Canada, olivier de Russie, pommetier, rhododendron, gadelier

Comme vous pouvez le constater, attirer les colibris et les nourrir exigent du temps et du travail, mais tous vos efforts sont largement récompensés lorsque ces magiciens des airs vous gratifieront de leur présence dans votre jardin…

Un dernier petit truc : pour éloigner les guêpes et les frelons, munissez-vous d’un piège dans lequel vous verserez 1 ½ tasse d’eau, ½ de sucre. Ajoutez du vinaigre pour éviter d’attirer les abeilles butineuses. On trouve d’excellents piège à guêpes au magasin à Un dollar.

 

Carole Langlais,
Lac des Sommets

Ecrire commentaire

    • CAPTCHA - SVP répondre à la question suivante: *

      There is no Recent Post to Show.