Langue : Français
Le mot du président

Louis Richard 2014-05-072014 est déjà bien entamée et l’association s’est mise au travail.  Sortant lentement de l’hibernation, nous préparons les activités du printemps et d’été aux lacs.

Pour ceux qui étaient à l’assemblée générale, et au risque de me répéter, cette année sera essentiellement une année de continuité.  Au fil des années nous avons développé une routine:  nettoyage des fossés, analyses biochimiques, analyses des coliformes, surveillance de la transparence de l’eau, surveillance des tributaires de nos lacs, pique-nique, assemblée générale et nos communications aux membres.

Donc, les lacs sont en santé, tout le monde est heureux … ou presque. Il ne faut pas s’endormir, il reste des défis.  Pour nous assurer que nos lacs demeurent en santé, il faut s’assurer que les facteurs qui contribuent à leur santé soient tous présents.  Le sont-ils?  Pas vraiment.  Un lac vieilli prématurément si l’activité humaine y déverse des éléments qui, autrement, n’y auraient pas trouvé leur chemin.  Nutriments, déchets, déversement de sable ou autre matière. Tout cela contribue à la prolifération d’algues et plantes aquatiques qui nuisent à la qualité de nos lacs.  Une image forte qui aide à nous rappeler pourquoi il est important de ne pas relâcher notre bon travail me vient de Louise St-Cyr.  En 2008, cette biologiste avait réalisé pour l’association un premier bilan de santé de nos lacs: l’étude d’euthrophisation.  Elle y disait que nos lacs, comme beaucoup de lacs des Laurentides, avaient vieilli de 400 ans depuis les 40 années précédentes.  Avec la construction de nombreux chalets dans les années 70 et l’absence d’une compréhension clair de l’impact que l’activité humaine avait sur le vieillissement prématuré des lacs, nous avons contribué à accélérer énormément ce vieillissement:  croissance accélérée de plantes et d’algues, eaux moins transparentes, fonds boueux et moins profonds, moins d’oxygène dans l’eau et donc moins de truites pouvant s’y développer naturellement.

Alors, au delà de la routine établie, que nous reste-t-il à faire pour veiller à la santé de nos deux lacs?  Cette année nous allons tenter de travailler davantage les aspects « prévention » et « surveillance » de notre mission.

Sable et réseau routier: travailler avec la municipalité pour améliorer les pratiques en place

Dans un des articles de ce bulletin, Julien, explique la problématique ainsi que notre proposition à la municipalité.  Ce n’est pas nouveau, l’étude d’eutrophisation de 2008 faisait état des enjeux de l’ensablement de deux baies du lac Charlebois. Nous allons offrir de travailler avec la municipalité à un projet pilote qui, nous l’espérons, permettrait d’améliorer la situation.  J’ai d’ailleurs pu constater en novembre dernier que c’est un enjeu que nous partageons avec d’autres associations de lacs de Ste-Marguerite.   Plus encore, la MRC de Brome-Missisquoi a mis de l’avant et publié un manuel destiné aux municipalités qui va tout à fait dans le même sens que les propositions de Julien et de notre association.

Suivi plus systématique des colliformes

Emboîtant le pas à d’autres associations de la région, nous allons procéder cet été à l’échantillonnage systématique de l’ensemble des bords de l’eau.  Notre objectif?  aider les riverains et la municipalité à identifier rapidement tout problème avec les installations sceptiques défectueuses ou mal entretenues.

Comme vous le voyez, l’association ne  manquera pas de défis en 2014 et c’est pourquoi votre cotisation annuelle et votre participation à nos activités sont importantes.  Consultez le calendrier pour vous joindre à nos activités et n’hésitez pas à nous contacter si vous désirez plus d’information.

Bonne année à tous nos membres et amis.  Au plaisir de tous vous voir cet été.  Les occasions ne manqueront pas:  l’activité de nettoyage des fossés, sur le lac, au pique-nique annuel, au renouvellement de vos cotisations … à l’assemblée générale!   Consultez notre calendrier pour les dates et lieux.

À très bientôt !

Louis Richard

Président

Ecrire commentaire

    • CAPTCHA - SVP répondre à la question suivante: *